Fauteuil club et canapé : l’entretien du cuir

pelletteria

Au printemps dernier, la Fédération Française de la Tannerie Mégisserie a participé au salon Made in France au Carreau du Temple à Paris. Cette fédération, qui regroupe environ 60 sociétés, dont 44 entreprises industrielles, représente à elle seule cinq millions de mètres carrés de peaux tannées par an, toutes catégories confondues. La présence des tanneurs et mégissiers à Paris et un tel chiffre encouragent la maison Saulaie, désireuse de valoriser le patrimoine français, à puiser à la source d’un savoir-faire séculaire. Elle en tire en effet des conseils judicieux pour l’entretien du cuir de basane, utilisé pour la fabrication du fauteuil club cuir et pour prendre soin du cuir en général. Le cuir est vivant et le temps ne fait que l’embellir, à condition que l’entretien soit régulier et les soins adaptés, rappelle la Fédération Française de la Tannerie Mégisserie.

Il s’agit d’abord de savoir quel cuir on veut entretenir. Celui qui est dit « aniline » met le plus en valeur la surface de la matière. Il est simplement teint, sans être recouvert d’une couche de protection. C’est le cuir qui exige le plus d’entretien. Le « semi-aniline » est quand à lui recouvert d’un produit translucide, qui cache les défauts du cuir et le protège davantage. Ce qui n’exclut pas un entretien régulier.

Fauteuil club : où le positionner ?

Mieux vaut prévenir que guérir. C’est d’abord en choisissant une place qui convient à votre fauteuil club ancien ou à tout autre fauteuil ou canapé en cuir, que vous assurerez sa longévité (jusqu’à 30 ans pour les mieux entretenus). Évitez la verrière exposée plein sud, il faut le préserver des effets néfastes des rayons du soleil. La cheminée ne doit pas être trop proche non plus, pour cause de trop forte chaleur. L’hygrométrie de la pièce a aussi son importance : pas de lieux où règne une atmosphère humide. Enfin, prenez garde à votre manière de l’utiliser. En effet, le sebum, sécrété par les glandes de la peau, mélangé à la sueur, ne facilitera guère la bonne tenue du cuir dans le temps. Le principal risque est la dépigmentation.

L’entretien régulier du cuir

Pour l’entretien des cuirs lisses, c’est le passage d’un chiffon doux qui est recommandé, avec du shampoing doux ou du savon de Marseille. Il faut ensuite nourrir la matière, pour la protéger, avec un produit à base de cire. N’utilisez pas de pâte ou de crème, adaptées aux chaussures, mais plutôt un lait en flacon.

Pour les cuirs aniline et donc les fauteuils club cuir en général, il faut être encore plus précautionneux. La basane (peau de mouton) est connue pour sa porosité et sa fragilité. Le lavage au savon est déconseillé, mieux vaut utiliser un chiffon sec et doux, sans peluches. Le produit protecteur assurera ensuite l’hydratation du cuir.

Tels sont les conseils, simples et précis, des professionnels français de la tannerie-mégisserie.

Face à un cuir vieux et blessé, la maison Saulaie recommande quand à elle quelques pratiques, à mettre en œuvre avec finesse.

L’huile de « Pied de bœuf » donne d’excellents résultats pour rendre brillance et souplesse aux cuirs anciens.

Pour un cuir abîmé (griffures, éraflures, …) l’usage d’une petite pierre ponce est possible, pour adoucir les bords de la griffure, avant d’appliquer un peu de cirage pour estomper les traces. Il faudra bien choisir la couleur du cirage et, en cas de doute, prendre un produit incolore.

Découvrez la gamme de Fauteuil Club et canapé sur Saulaie !

Votre avis nous intéresse !